• Ama

Allure By Aly


French and English


Pour le post d’aujourd’hui, je vous présente une marque que beaucoup ont dû voir passer sur les réseaux sociaux si vous ne la connaissez pas déjà.


Outre le fait que la marque montre à quel point la mode au Sénégal a du potentiel et surtout le fait que nos artisans locaux regorgent de talent, la personne derrière la structure nous permet de savoir 2 choses:

- les études, c’est bien mais elles ne doivent pas limiter notre champ de vision quant à nos activités professionnelles

- le soucis du détail et le travail minutieux pout nous amener loin




Avant d’aller plus en avant, on va d’abord se pencher sur la première question:


Qui est Aly?


« Je m’appelle Aly Saleh Ndiaye. 30 ans d’âge en 2019, je suis né et j’ai grandi à Dakar où j’ai fait tout mon cursus scolaire. Le Bac en Gestion obtenu en 2008, j’ai poursuivi mes études Supérieures à l’École Supérieure Polytechnique de Dakar ou j’ai eu un Diplôme élémentaire comptable et une licence en comptabilité et gestion. C’est par la suite que je suis allé à BEM Dakar ou j’ai eu un Master en administration et gestion d’entreprise et un autre master en Audit et contrôle de gestion en 2014. »





Allure by Aly: de l’idée à la création


Aly a créé sa marque en 2015, après les études, alliant sa passion pour les belles chaussures et la nécessité d’assumer les charges de la maison familiale. Quand on commence à travailler au Senegal, on ne tombe pas souvent et tout de suite sur un poste avec une rémunération assez conséquente, surtout quand on aime acheter certaines marques (lol, je me reconnais un peu ici, c’était compliqué le shopping avec un salaire de base).

Il a décidé de passer de consommateur à producteur et donc partager sa passion tout en subvenant à ses besoins.

Avec un ami cordonnier, qui parvenait à reproduire les modèles que Aly lui proposait, il s’est lancé quand ses amis ont commencé à apprécier le résultat.

La principale difficulté au début était de respecter les délais impartis avec le nombre de commandes. Aly s’inspire particulièrement des marques italiennes pour ses chaussures avec une touche africaine, souvent avec le pagne tissé pour sortir de l’ordinaire.





Être entrepreneur au Sénégal


« Le souci c’est qu’en Afrique c’est difficile de vendre du Hand made. Les acheteurs ont tendance à croire que, comme les produits sont fait localement alors les prix devraient être moins cher que les autres marques étrangères. Ce qui est totalement faux. »

Beaucoup de gens à qui j’ai parlé s’accordent sur ce point. Pour les consommateurs qui ne comprennent pas tout le temps les prix, voici un exemple avec les chaussures:

De base, les matières premières (cuir) quittent ici pour aller dans les tanneries au Maroc et sont ensuite acheminés en Europe. Ces cuirs nous reviennent alors plus chers et souvent avec une qualité moins bonne que celle des marques étrangères. La main d’œuvre est chère aussi car nous n’avons pas les moyens dont disposent ces grandes marques qui ont une grande chaine de production et une main d’œuvre assez abordable pour se permettre de vendre à certains coûts. Faudrait prendre en compte que ces marques produisent en grandes quantité différemment de nous qui généralement, travaillons pour la plupart sur commande.



Objectifs et projets à venir


Nous n’avons pas encore de collaboration mais nous y pensons pourquoi pas avec certaines marques que j’aime bien comme Sofatoo (habillement), Atelier Rabbal (maroquinerie) , Remana (maroquinerie) , Master Design (habillement) etc.

Aujourd’hui notre principal souci c’est le respect du traitement des commandes. Il y a souvent des facteurs (indépendants de notre volonté) qui font que les commandes tardent à être livrer. C’est pourquoi par événement nous essayons de limiter les commandes pour respecter celles en cours.

Et en ce moment nous sommes en train d’ouvrir une boutique et avoir un stock qui nous permettrait de répondre à la demande.

Ensuite dans le long terme nous voulons créer toute cette chaine de production ici au Sénégal, allant de la collecte des peaux (cuirs et autres) à la création des moules, des semelles etc pour que les matières utilisées soient fabriquées localement. C’est un grand projet qui demande beaucoup de réflexion et de moyens. Je pense que dans les années à venir, nous pourrons mettre en place ce projet qui me tient à cœur.



Et pour finir…


Nous avons de bons artisans dans le pays et c’est à nous de croire en leur talent et respecter leur travail en payant le prix. Si on veut développer, ce secteur faudrait que la population aide à participer au développement de nos artisans afin qu’il puissent investir et améliorer la qualité de leurs produits. J’y croit fortement et dans les années à venir nous pourrons rivaliser avec les grandes marques sur le plan international.


Contact

Leur Instagram ici

Leur Facebook ici


Je vous laisse apprécier quelques-uns de leurs magnifiques modèles!





For today's post, I present a brand that many of you probably saw on social medias if you do not already know them.

In addition to the fact that the brand shows how much the Senegalese fashion has potential and especially the fact that our local craftsmen are full of talent, the person behind the structure allows us to know 2 things:

- studies are good but they must not limit our field of vision as to our professional activities

- the attention to detail and the meticulous work can bring us far


Before going further, here is the first question:


Who is Aly?


"My name is Aly Saleh Ndiaye, 30 years old in 2019. I was born and raised in Dakar where I did all my school studies. Bachelor in Management obtained in 2008, I pursued my studies at the Higher Polytechnic School of Dakar where I had a basic accounting diploma and a degree in accounting and management. It was thereafter that I went to BEM Dakar where I had a Master in Administration and Business Management and another Master in Audit and Management Control in 2014. "



Allure by Aly: from idea to creation


Aly created his brand in 2015, after graduation, combining his passion for shoes and the need to assume the burden of the family home. When you start working in Senegal, you do not find often and immediately a post with a fairly substantial remuneration, especially when you have expensive taste (lol, I recognize myself a little here, it was complicated shopping with a base salary).

So he decided to go from consumer to producer and therefore share his passion while supporting his needs.

With a shoemaker friend, who was able to reproduce the models Aly offered him, he started when his friends began to appreciate the result.

The main difficulty at the beginning was to meet the deadlines with the number of orders. Aly is particularly inspired by Italian brands for his shoes with an African touch, often with the loincloth woven to get out of the ordinary.



To be an entrepreneur in Senegal


"The problem is that in Africa it's difficult to sell Hand made. Buyers tend to believe that since products are locally made then prices should be cheaper than other foreign brands. Which is entirely false. "

Many people I spoke to agree on this point. For consumers who do not understand prices all the time, here is an example with shoes:

Basic raw materials (leather) leave here to go to tanneries in Morocco and are then sent to Europe. These leathers then come back to us more expensive and often with a lower quality than foreign brands. Labor is also expensive because we do not have the means available to these major brands that have a large production chain and a workforce that is affordable enough to afford to sell at certain costs. It should be taken into account that these brands produce in large quantities differently from us which usually, mostly work on order.





Objectives and future projects


We do not have collaborations yet but we would like that with some brands that I like as Sofatoo (clothing), Atelier Rabbal (leather goods), Remana (leather goods), Master Design (clothing) etc.

Today our main concern is the respect of the time in the processing of orders. There are often factors (beyond our control) that cause orders to be delayed. Therefore, when there are big events, we try to limit the orders to respect those in progress.

And right now we are opening a shop and having a stock that would allow us to meet the demand.

Then in the long term, we want to create all this chain of production here in Senegal, from the collection of skins (leather and others) to the creation of molds, soles etc so that the materials used are manufactured locally. It's a big project that requires a lot of thought and resources. I think that in the coming years, we will be able to implement this project, which is close to my heart.





And to finish…


We have good craftsmen in the country and it's up to us to believe in their talent and respect their work by paying the price. If we want to develop, this sector should help the population to participate in the development of our artisans so that they can invest and improve the quality of their products. I strongly believe in it and in the coming years we will be able to compete with the big brands on the international level.


Contacts

Their instagram here

Their facebook here


I let you enjoy a few of their beautiful pieces!