"Pourquoi Ça ne marche pas?" Miracle du matin Part III

Dernière mise à jour : 15 nov.



Si vous avez lu les précédents articles sur le livre de Hal Elrod qui nous explique l’importance de prendre du temps pour soi, de trouver le temps, et comment le trouver, en bref, devenir plus productif en se levant plus tôt, voici la suite!

Peu importe le nouveau plan qu'on a, la routine qu'on veut commencer, ou juste les résultats que l'on recherche, pour pouvoir avoir des résultats positifs, il faut identifier ce qui ne donne des résultats médiocres malgré toute la bonne volonté du monde. Dans son livre, Hal cible les causes principales qui font que ça ne marche pas. Personnellement, ce sont des choses que je savais, mais les lire m'a permis de remettre les choses en perspective et de corriger certaines habitudes que 80 à 90% des gens dans le monde ont.

Les causes de la médiocrité

le syndrome du rétroviseur:


la principale cause de la médiocrité est le fait qu’on a tendance à recréer constamment le passé, croyant que « nous sommes toujours la personne que nous étions », donc avec les mêmes limites, ce qui nous empêche d’exprimer notre vrai potentiel actuel. La conséquence en est que nous faisons nos choix en fonction de ces limites fixées par nos expériences passées


« Nous reportons sur la journée que nous vivons le stress, la peur et l’inquiétude de la veille. Quand des occasions se présentent, nous jetons un coup d’oeil rapide à notre rétroviseur afin d’évaluer nos capacité passées ».

Pour éviter ce piège, il faut constamment garder à l’esprit que notre situation actuelle dépend de l’être qu’on était mais que l’orientation que l’on prend dépend entièrement de l’individu que nous souhaitons devenir, à partir de maintenant.

L’absence de but


Si on ne sait pas ce qui nous pousse à nous réveille chaque jour et faire ce qu’il faut, on ne vit pas, on survit. Pour vaincre la médiocrité, il faut avoir un but dans la vie.

Et, pour la plupart d’entre nous, ce but est flou, non déterminé, et nous ne faisons que traverser la journée.

Nous empruntons le chemin le moins difficile et avec des plaisirs éphémères et axés sur le court terme, tout en évitant la douleur ou l’inconfort qui pourrait nous faire grandir.

Isoler les incidents


Une des choses qu’on fait le plus souvent est d’isoler les incidents, en pensant que chaque choix et chaque action que nous faisons n’influe que sur le moment T. Or chaque pensée, action, choix a une énorme conséquence sur notre personne: ils déterminent qui nous devenons et conditionnent notre qualité de vie.

Chaque fois qu’on choisit la solution de facilité et non la solution qu’il faut, on façonne notre personnalité à être ce genre de personne qui n’opte que pour la facilité.

De la même façon, se forcer à respecter ses engagements même lorsqu’on n’en a pas envie, nous permet de développer la discipline nécessaire pour obtenir des résultats extraordinaires dans tout ce qu’on entreprend dans la vie.

Peter Voogd: « la discipline crée le mode de vie ».

Un manque de sens des responsabilités


Le succès vient avec un grand niveau de responsabilité. Sans cela, on ne peut prendre les mesures nécessaires, même si on n’en a pas envie, afin de créer des résultats.

Un cercle d’influence médiocre


« La recherche a montré que nous finissons pratiquement tous par ressembler à la moyenne des cinq personnes avec lesquelles nous passons le plus de temps »

Notre entourage conditionne en grande partie notre qualité de vie et la personne qu’on devient. Positivement comme négativement.


Côtoyer des gens heureux et optimistes nous rendra naturellement heureux et optimiste. Car notre cercle d’influence nous tire automatiquement vers le haut par leur mode de vie, de pensée et influence par les habitudes qu’ils ont adoptées afin de réussir. L’inverse est tout aussi vrai. Un entourage qui se plaint constamment ou qui rencontre des difficultés financières, ils ne vous mettent pas au défi de vous améliorer ni même de vous inspirer.

« Malheureusement, de nombreuses personnes essaient de rendre leur vie meilleure mais sont tirées vers le bas par leur entourage. »

Un manque d’épanouissement personnel


« Notre niveau de succès dépassera rarement notre niveau de développement personnel, car le succès est une chose que nous attirons selon la personne que nous devenons. »

On parle de développement personnel à tous les niveaux: croyances, compétences, savoir, habitudes, santé, finances, etc…

Une absence de sentiment d’urgence


C’est l’une des plus grande causes de médiocrité et de potentiel inexploité. On vit toujours avec la notion d’ « un jour peut être », ce qui amène inévitablement à la procrastination et aux regrets.

« Le moment présent est plus important que n’importe quelle période de votre vie, car c’est ce que vous faites aujourd’hui qui conditionne l’individu que vous devenez » .

Sinon, à attendre demain, le mois prochain, ou l’an prochain, rien ne changera.

Voilà! Passez à l'action!


55 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout